Un jeune Palestinien devant les décombres

Ibrahim Khader/Pacific PR/Sipa
Ibrahim Khader/Pacific PR/Sipa

J’ai trouvé cette photo dans un article en ligne de Télérama consacré à une interview du journaliste franco-israélien Charles Enderlin. Il a été publié le 21 novembre 2014, dans un contexte déplorable pour la création d’un Etat palestinien : l’été dernier, Israël lançait une offensive sur la bande de Gaza, après de longues années de blocus du territoire. Cette photo a été prise après l’offensive. Ensuite, l’occupation israélienne de Jérusalem-Est et la colonisation de sa banlieue par des colons juifs ont nourri de graves violences dans la ville. Le conflit israélo-palestinien, qui est historiquement un conflit de territoire, glisse dangereusement vers un conflit interconfessionnel, rendant la solution de deux Etats coexistant côte à côté de plus en plus illusoire. C’est donc dans ce contexte de grignotage du territoire de Cisjordanie et de répression économique de Gaza que le journaliste évoque l’impossibilité de la création d’un Etat palestinien avec les frontières de 1967, qui étaient en vigueur avant la guerre des Six Jours. La photographie a été prise par Ibrahim Khader, un photographe palestinien résidant à Gaza. L’agence française de photojournalisme Sipa en a obtenu les droits.

Le désastre

Au premier regard, c’est le jeune homme qui retient l’attention. Planté debout au sommet d’une colline, de dos, la tête dépassant à peine de l’horizon, il tient autant qu’il s’appuie sur le drapeau qu’il semble avoir planté. Il surplombe le champ de ruines laissé par l’armée israélienne. A gauche et à droite, deux bâtiments éventrés, squelettiques, cloisonnent la scène désastreuse. Au sommet, les toits gris et décapités laissent s’éteindre le soleil, au bout de sa course, sur la droite. Il reste à peine une lueur d’espoir. Il n’y a pas âme qui vive : le jeune homme est seul surplombant le chaos fait de pierres, de câbles, et les rares traces de civilisation restantes sont deux voitures, à gauche et au centre, en contrebas.

La tristesse sans visage

C’est une scène de tristesse sans visage. Le jeune homme est de dos, on ne sait pas s’il pleure, est en colère ou se tait dans le désespoir. Rien n’est dit, rien n’est montré, donné par l’image. Elle rappelle le ça-a-été de l’opération Bordure de protection, de l’attaque, des destructions, de la douleur. Mon attitude de studium vis-à-vis de l’image me rappelle les opérations militaires précédentes, comme un cycle qui ne s’arrête jamais. C’est une photo qui fait appel au sens de l’Histoire du spectateur, à sa mémoire. Il est appelé à se rappeler les événements précédents sur ce petit bout de territoire surpeuplé où, étrangement, ici, il n’y a personne d’autre que le jeune homme. Ce contraste interpelle. Que fait le jeune garçon sur la photo ? On ne peut pas beaucoup dire de lui : il doit avoir une douzaine d’années (la population de Gaza est très jeune), il porte des habits noirs, sans distinction particulière, il doit être pauvre. Le drapeau qu’il tient est déchiré. Toutes ces remarques viennent du contexte, du studium : je fais ces remarques contextuelles parce que j’ai vécu cette histoire de Gaza à travers des livres, d’autres images, je l’ai nourrie de débats entendus. En France, on a beaucoup entendu parler de Gaza. J’ai eu des échos télévisés dans ma jeunesse, puis j’ai approché cette histoire géographiquement lointaine et culturellement si étrangère à moi. J’ai cultivé ce sentiment de compassion au fil de mon intérêt pour la question de Palestine.

Pourtant, un détail m’intrigue, me point : le pied droit du jeune homme, chaussé d’une sandale, reposé sur un bloc de béton instable. Si le drapeau participe assez clairement d’une mise en scène, je m’interroge au sujet de ce bloc de pierre : le garçon l’a-t-il mis sciemment à cet endroit pour prendre sa pause, appuyé sur le drapeau, ou bien a-t-il pris inconsciemment prétexte de ce misérable cailloux pour en faire un semblant de piédestal ? La photo a figé la posture (bras maladroitement tendu, l’autre pendant au côté, tête légèrement inclinée – pour mieux observer ou pleurer ?) et on ne sait pas si cette prétendue fierté du garçon, malgré l’humiliation manifeste du peuple de Gaza, découle d’une mise en scène.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s